Articles les plus consultés

dimanche 7 septembre 2014

Egypte ou Parfums ?





Mes parfums d'Egypte

ou
l'Egypte et mes parfums ?


Cette mise au point s'imposait.
Il me fallait absolument établir
la relation existant entre la terre des pharaons
et les différents parfums décrits dans ce site.



J'avais dès l'origine désiré vous faire part
de ma passion évidente des parfums
que je voulais marier à des articles
concernant ma patrie d'adoption: l'Egypte.



Il n'existait,
à mon humble avis aucune relation de cause à effet.



Et bien, détrompez vous ! ! !



Vaste problème qui m'amena à réfléchir
sur l'origine des parfums.



Après moult recherches,
je peux vous assurer que
tous les experts sont d'accord
pour dire que les premiers effluves
virent le jour au pays des pharaons
il y a 4 000 à 3 500 ans



Les archéologues ont découvert des fresques
représentant des scènes de vie quotidienne
avec l'emploi de substances parfumées.



Ils ont découvert également des vases à parfum
en albâtre qui datent d'environ 4000 avant J.C.



Ces préparations servaient pour les fumigations
ainsi qu'au rôle sacré d'offrande aux dieux
puis devinrent un élément essentiel
des techniques d'embaumement.



Son usage se démocratisa,
si j'ose dire et naquit alors:
La première eau de toilette de l'humanité: le Kyphi
qui était un mélange très odorant composé de myrrhe
( gomme résineuse qui suinte naturellement du tronc
de d'un arbre appelé baumier)
de lentisque (arbre à mastic),
de baies de genévrier, de graines de fenugrec,
de térébinthe ( pistachier)
et de souchet comestible,
le tout broyé et mélangé à du vin
et à une préparation cuite à base de résine et de miel.



Ce mélange était apprécié et
réputé pour ses vertus apaisantes.



Les égyptiens inventent alors une technique
consistant à faire macérer les plantes dans de l’huile
avant de recueillir le liquide en les essorant dans un linge,
ou à faire tremper
les pétales des fleurs dans de la graisse.



Au tout début ces ''huiles" étaient conservées
dans des récipients de terre cuite
qui furent remplacés par des flacons en albâtre,
en onyx ou en porphyre.



Ils les appliquaient sur leur peau
à des fins cosmétiques ou thérapeutiques.



Les onguents étaient conservés
dans des godets ou des vases en albâtre.



Il existait également des petits flacons
en céramique ou en pierre.
L'un des plaisirs suprêmes des égyptiennes
était de placer, sur leur tête,
des petits cônes de graisses et de résines aromatiques
qui, en fondant, parfumaient leurs cheveux et leur visage.



Et comme vous pouvez le constater:
la boucle est bouclée et
l'explication sur l'origine du nom de mon site démontrée ! ! ! !

Merci de vos passages

et à tout soudain ! !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire