Articles les plus consultés

samedi 5 décembre 2015

L'Egypte par Maoro




Bonjour,

Aujourd'hui je voudrais vous présenter
des portraits que je possède à la maison.

Ils ont été crées par le fantastique illustrateur
de bandes dessinées: Maoro.

Lorsque je travaillais au Movenpick Louxor,
j'ai eu la chance de le rencontrer
et de sympatiser avec lui ainsi qu'avec
sa charmante collaboratrice Christine.  
Maoro était venu pour dessiner le plan de l'hôtel.



Il en profita également pour peindre
sur place de superbes portraits
dont certains ont été exposé et vendu à l'hôtel.



Pour ma part, je n'ai pu malheureusement que m'offrir
des reproductions en carte postale
que je vous présente 







Avec une petite dédicace personnelle ! ! ! !

Magnifiques visages que l'on doit
à cet artiste hors du commun.



Tous ces tableaux ont été photographiés
et édités en cartes postales.
Ils sont visibles sur le site de Maoro.http://maoro.ch/site/

Maoro. Illustrateur 2300 La chaux de fonds (Suisse )

Merci de vos passages,








mardi 1 décembre 2015

istanbul : voyage de septembre 2004



Bonjour,

Je voudrais vous parler d’un pays dont je reviens
 après un court séjour d’une semaine : 
La Turquie.

Je vais donc vous décrire mon voyage très succinctement car j’estime qu’en ce court laps de temps, 
il est difficile de se faire une véritable idée sur une région du monde
 que vous découvrez pour la première fois 
mais je voulais surtout vous faire part de mes impressions personnelles.
Je me permets de rappeler pour ceux qui ne me connaissent pas que 
je vis depuis de nombreuses années en Egypte
 et que de ce fait mon opinion sera plus particulièrement dirigée
 par la comparaison Turquie- Egypte et non Turquie- France.



La Turquie ! ! Qui n'en a pas rêvé un jour ou l'autre  ! ! 

 Cela est certainement la raison pour laquelle nous nous décidâmes de partir à Istanbul, 
 ville située aux confins de l'Europe et de l'Asie.
 Que de noms chargés d'histoire désignent cette citée ! ! 
 Byzance puis Constantinople, Stanbul et de nos jours Istanbul ! ! ! ! 

Après un agréable voyage en avion de 1H50 mn, nous avons atterri à Sebyha ; 
aéroport destiné uniquement aux vols charter qui se situe
 sur la partie asiatique à environ 35 KM d’Istanbul.

Notre première impression concerna la température qui était de 21° le 16 septembre 2004 à 19H 
( n’oubliez pas que nous arrivions du Caire où le climat flirtait  encore avec les 34° ! ! ! ! )

Nous arrivons ensuite dans Istanbul, mégapole de 18 millions d’habitants 
mais qui semble beaucoup moins « grouillante »  
que le Caire où l’on ressent sans conteste le grand nombre d’habitant.

A l’intérieur de la ville, la circulation se déroule sans encombre et 
durant tout notre séjour, nous avons été impressionnés
 par le respect des règles du code de la route par les habitants d’Istanbul ; 
je dois avouer que nous attendions à une pagaille monstre
 et n’avons que des félicitations à faire.

Les feux rouges sont respectés et l’usage du klaxon ne se fait 
qu’en cas d’extrême urgence.
 Chose agréable, la plupart des feux sont équipés d’un décompteur de temps 
vous permettant ainsi 
 d’apprécier le nombre de secondes restant soit au rouge, soit au vert.

L’arrivée à l’hôtel qui se situait dans la partie ancienne de la ville,
 se fit de façon normale et ensuite commença notre véritable découverte du pays.

Tout d’abord, il me faut attirer votre attention sur la monnaie locale qui est la lire turque. 
Là bas, tout se paie en millions…………par exemple : un café vaut en moyenne un million. 

 La première journée nous dûmes continuellement effectuer
 les conversions nécessaires à nous rendre compte du prix des objets.
 Mais une fois que vous savez qu’un million équivaut environ à  4,50 FF ou 0,70 €,
 tout devient facile.

Il nous avait été recommandé de ne pas changer tout notre argent en une seule fois et 
à n’effectuer ces opérations qu’au fur et à mesure de nos besoins.

Je vous conseille de procéder de cette façon car le cours des devises changent tous les jours
 et également au cours de la même journée. 
Quoi qu’il en soit, vous serez très vite multi millionnaire ! ! ! ! !

Les agences immobilières présentent des appartements à cinquante milliards ! ! ! 
Mais rassurez vous, depuis le premier janvier 2006,la Turquie a abandonné tous ces zéros et
 désormais la monnaie locale reste plus raisonnable.

Il faut également reconnaître que la langue turque est assez rébarbative et 
qu’il est difficile de comprendre quelque chose ! ! !
 Heureusement, mon mari parle arabe et nous avons pu,
 de temps en temps trouver ainsi un moyen de communiquer.

Voila pour les points pratiques.
 Je dois vous dire que nous n’avions pas souscrit aux excursions 
proposées par l’agence de voyage 
 et avions décidés de découvrir par nous même.

Aussi, le premier jour, je ne procurais un plan de la ville ( 2,5 millions ! ! !) 
afin de pouvoir nous orienter.

Par chance, nous étions dans la vieille ville qui regorge de site à visiter et 
pouvions ainsi effectuer notre périple en marchant 
ce qui me valut de belles cloques aux pieds et 
l’achat de véritables chaussures de marche ! ! ! !

Nos pas nous conduisirent immanquablement au Grand Bazaar
 qui est le plus grand et le plus vieux bazar du monde. 
Il comporte environ 3000 échoppes ou boutiques dans plus de 60 rues. 
Il se situe au centre d’Istanbul et 
certaines rues se terminent en bord de mer. 
Les deux plus anciennes structures datent du 15em siècle et 
se présentent comme une série de dômes décorés.
Il existe une rue essentiellement consacrée aux bijoutiers, 
une autre pour la maroquinerie etc…

Mais il faut bien reconnaître que cet endroit se révèle être purement touristique 
et que les bonnes affaires sont rares ! ! !

Pour les connaisseurs, je vous dirais qu’il ressemble un peu à Khran el Kralili 
du Caire mais en mieux structuré.

Je vous confirme et vous recommande de commencer votre séjour en tentant 
de vous faire une idée sur les prix et
 ensuite d’acheter en marchandant lorsque cela s’avère nécessaire.

Ensuite, nous avons visité de nombreuses mosquées comme celle de Sultanahmet 
construite au début du 17 em et qui est reconnaissable par ses six minarets.
Nous n’avons pas pu éviter d’admirer Hagia Sophia ( Ste Sophie) 
qui fut une église pendant 916 années, 
mosquée durant 481 ans et qui, depuis 1935, fait désormais office de musée. 


Il faut préciser qu’entre ces deux merveilles,
 se trouve un jardin avec de magnifiques jets d’eaux dans lequel il est agréable de se reposer.
 On vous y propose gentiment du thé normal ou 
du thé à la pomme (Elma chaï : un véritable délice).
 Une journée, nous décidâmes de nous rendre à « Princess Island » 
et avons, pour ce faire pris un bateau pour nous y rendre.
Il nous a fallut aller à « Eminonu » qui est 
l’embarcadère situé aux confins du Bosphore 
et de la mer de Marmara d’où partent les bateaux pour découvrir les îles 
ainsi que le détroit du Bosphore ( long de 33 KM, large d’environ 3 KM
 qui relie la mer noire à la mer de Marmara).

Nous prîmes un bateau rempli de touristes
 ( anglais, syriens, égyptiens, japonais et très peu de français ).
La traversée de deux heures se passa sans encombre et
 nous amena dans  différentes îles 
qui semblaient être des endroits composés de résidences secondaires 
pour les habitants d’Istanbul. 
Princess Island ressemble à un autre monde dans lequel le seul moyen de locomotion 
est la bicyclette ou la calèche.
 Cette île montagneuse comporte une grande forêt de pins
 dans lesquels est niché le fameux monastère 
orthodoxe de St Georges qui renferme de belles icônes.
On y trouve aussi de jolies maisons en bois datant du 19 em siècle.



 Notre retour nous procura certaines émotions 
étant donné que nous avons certainement du nous tromper de bateau
 car celui-ci nous laissa sur la rive asiatique de la ville
 ( environ 22 KM de notre point de départ).
Cela nous permit de manger en bord de mer et ensuite de tenter de trouver 
un moyen pour rentrer à l’hôtel ! ! !


 Nous avons du emprunter un mini bus 
avec lequel nous avons encore traversé le pont du Bosphore et pu ainsi admirer le magnifique panorama sur le détroit ou sur la ville d’Istanbul 
avec ses mosquées et leurs minarets.

Nous avons également utilisé le bus touristique 
qui permet une visite de la ville avec commentaire dans sa langue………cela aide ! ! !
Lors de cette promenade de deux heures en bus à impériale 
nous avons sillonné la cité d’Istanbul
passant d’une rive à l’autre et visitant de nombreux quartiers.
 Le commentaire n’est pas très complet 
mais permet aisément de se faire une idée des principaux monuments.

Je me permets de vous recommander ce moyen de découvrir la ville qui,
 pour 15 euros soit 28 millions vous fera rêver devant le palais de Topkapi, l’ancien quartier juif  
 ou les remparts de la vieille ville de Constantinople.


Lors de ce périple en bus,
 je me suis fait la seule frayeur de notre séjour. Je m’explique : 
nous devions passer devant le stade d’inönü ( genre parc des Princes)
 et par chance ou par malchance,
 allait se dérouler un match de football.
 La foule se faisait pressente en raison du manque de place 
 et les forces de l’ordre leur faisaient front. 
Notre bus était dans la file de voitures qui les séparait ! ! ! 
 Mais tout est bien qui finit bien, nous avons pu, après une attente dans l’angoisse
 ( en ce qui me concerne)
 passer sans problème et contempler le stade qui était rempli comme un œuf ! ! ! !



Selon notre habitude, nous avons pris un bus de la ville sans savoir où il nous amenait et 
avons ainsi découvert les quartiers de la ville situés à Eyüp  
soit à la fin du bras de mer appelé Haliç ou corne d’or.
 Nous avons également emprunté le tramway très moderne qui traverse la vieille ville.

La veille de notre départ, nous avons découvert un marché en plein air 
: celui situé près de la mosquée Fathi. 
Quel endroit fascinant ! ! Imaginez de nombreuses rues remplies de commerçants 
( fruits, légumes, vêtements, chaussures, etc) 
proposant leurs marchandises à des prix défiant toute concurrence et 
sans commune mesure avec ceux pratiqués au Grand Bazaar ! ! ! ! ! 
De ce marché, j’ai ramené des loukoums, des saucissons et aussi une sauce genre harissa.
 Nous avons également acheté des vêtements et des chaussures.

Pour les Européens de passage, il est évident que tous les articles en coton
 sont vendus à des prix très attirants ; 
par contre pour nous, seul l’état des finitions présentaient un intérêt étant donné 
la renommé du coton égyptien.

Les Turques comme les Européens commencent à préparer l’hiver et donc tous les vêtements proposés étaient destinés aux pays froids ! ! ! ! 
De ce fait, nous n’avons trouvé que très peu de t-shirt ou short ; 
ceux-ci faisant parti de la collection d’été ! ! ! ! !
  Cela limita donc nos achats ! ! ! ! !

Mes impressions personnelles vont peut être choquer certains d’entre vous car 
 je pense sincèrement que ce pays, pour autant que j’ai pu constater,
 a trouvé un compromis intelligent entre la façon de vivre à l’européenne et le modèle oriental.

J’ai trouvé les gens charmants, et surtout très propres. 
Les rues sont nettoyées quotidiennement avec des voitures balai.

Les familles qui passent la journée à l’extérieur souvent dans les jardins publics
 laissent les lieux immaculés, sans aucun détritus.

Chose appréciable pour nous qui vivons en Egypte, 
les turques sont disciplinés et traverser les rues ne relève jamais d’un exploit dans lequel 
on n’est jamais sur d’arriver entier de l’autre coté ! ! ! ! !

Voila en quelques lignes mes impressions de vacances, mais je tiens à rappeler 
 que mon séjour ne fut que d’une semaine au cours de laquelle
 il est quasiment impossible de se faire une idée exacte du pays visité.

Non obstant les problèmes concernant la liberté des droits de l’homme qui sont bafoués et
 qui ont fait récemment l’objet d’une révision du code pénal turque,
 je ne peux que vous conseiller d’aller visiter ce pays qui,
 lorsqu’il sera admis dans la communauté européenne 
 ( pas avant 2015 ) perdra certainement 
de son charme et des avantages qu’il présente actuellement.

Merci de vos lectures et commentaires,