Articles les plus consultés

lundi 19 mars 2018

Statuettes brésiliennes



Bonjour,

Aujourd'hui, je vais vous faire découvrir un article écrit 
par mon ami Fred il y a quelques années ( 09/2006) et qui a bien voulu
me permettre de l'inclure dans mon blog.



"Il s'agit de deux statuettes qui proviennent du Brésil. 
Pour Anne-Marie, ces statuettes en stéatite, 
qu'elle a emmenées avec elle en Egypte avec d'infinies précautions 
(cette pierre est extrêmement fragile, comme vous le savez),
 ont une signification particulière,
 car c'est sa Maman qui les lui a ramenées du Brésil.

Elles représentent deux personnages vêtus à l'orientale, 
dans un vêtement drapé à l'antique. 
Comme on peut le voir, une inscription latine,
 représentée sur un parchemin (phylactère)
 sur le côté de chacune d'entre elles, permet de les identifier. 

 Il s'agit de deux prophètes de l'Ancien Testament (pour les chrétiens)
 ou du Tanakh (pour les juifs, ce qu'on appelle aussi la Bible hébraïque). 
 Ces deux personnages sont des prophètes ayant vécu durant la captivité à Babylone, 
 ce qui explique leur costume oriental caractéristique, en particulier le couvre-chef conique. 
 Le parchemin qu'ils tiennent fait référence au livre de chacun d'entre eux, 
qui fait partie de la Bible.



Celle de gauche représente Daniel, comme l'indique l'inscription,
 mais aussi comme le montre le lion couché à ses pieds, 
selon l'iconographie traditionnelle.
 Il fait partie des quatre grands prophètes de la Bible et 
aurait rédigé le Livre de Daniel à la fin du VIe s. 
 avant notre ère, pendant la captivité des Juifs à Babylone. 
 Daniel est richement vêtu, car il est alors devenu le conseiller 
du roi de Babylone Nabuchodonosor II, suite à des prophéties.

 L'un des épisodes les plus célèbres de l'histoire de Daniel est celui 
dans lequel  le roi Nabuchodonosor le fait jeter dans le fosse aux lions
 pour avoir refusé de renoncer à sa foi : 
 or, les lions, au lieu de le dévorer, se couchèrent à ses pieds. 
C'est ce qui est représenté ici :
 Daniel a les bras ouverts,
 le regard baissé en signe de soumission à la volonté de Dieu,
 et  le lion, couché à ses pieds, lève la tête vers lui.



 Dans la tradition chrétienne ancienne,
 le thème de Daniel dans la fosse aux lions est repris 
comme un symbole de foi inébranlable et
 de la confiance en Dieu, mais aussi de la victoire sur la mort préfigurant le Christ ; 
 c'est donc un thème qui est souvent représenté dans l'art paléochrétien
. Sur le parchemin est écrit : 
 « Enfermé sur ordre du roi dans la fosse aux lions,
 il en réchappa et fut sauvé avec l'aide de Dieu.»



Celle de droite représente Abdias
qui fait partie de ce qu'on appelle les « petits prophètes »
 12 prophètes dont les Livres composent une partie de la Bible et
 qui sont considérés comme secondaires par rapport aux quatre grands prophètes ;
 le Livre d'Abdias consiste en un seul chapitre, 
dans lequel Abdias prédit la chute des habitants d'Edom et
 que des libérateurs monteront sur la montagne de Sion.



 Abdias aurait également vécu à l'époque de la captivité à Babylone,
 mais au tout début du VIe s. avant notre ère, soit avant Daniel.
 C'est ce qui explique le geste que fait la statuette, le doigt dressé vers le ciel
 pour indiquer que sa prophétie lui vient de Dieu ;
 contrairement, à l'attitude humble de Daniel,
 il a la tête droite, le regard assuré, presque menaçant.
 Il est intéressant de voir comment cet épisode est rendu.
 Le thème d'Abdias est plus rare dans l'iconographie traditionnelle ; 
 il figure simplement parmi les prophètes qui sont souvent représentés
 sur les façades sculptées des cathédrales médiévales. 
Sur le parchemin, l'inscription dit :
 « Je vous accuse, ô Iduméens et gentils,
 je vous annonce et vous prédis les larmes et la destruction. »

Il s'agit en fait de reproductions d'oeuvres célèbres d'un architecte et sculpteur brésilien 
qui est considéré comme l'un des plus grands de ce pays pour la période coloniale :
 Antonio Francisco Lisboa, dit Aleijadinho (1730-1814), 
l'un des maîtres du baroque brésilien.
 Il était le fils d'un architecte et d'une esclave noire. 
Atteint d'une grave maladie qui le laissa infirme, 
 il n'en continua pas moins à travailler pratiquement jusqu'à sa mort, 
 les ciseaux et maillet étant attachés à ses poignets pour lui permettre de sculpter ; 
 son surnom, « Aleijadinho », signifie d'ailleurs « petit infirme » en portugais.
 Les figures de Daniel et Abdias font partie d'un ensemble de 12 prophètes,
 représentés grandeur nature,
 qui ornent la terrasse de l'église du Bom Jesus de Matosinhos, 
à Congonhas do Campo (Etat de Minas Gerais) ;
 cet édifice, considéré comme une de ses oeuvres majeures 
est classé au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.


Les originaux sur la terrasse de l'église brésilienne : 
vous les reconnaissez, ce sont bien eux, 
jusque dans les détails.






Nous voyons, une fois de plus, comment un objet peut nous faire voyager et
 nous ouvrir des portes insoupçonnées, au-delà du lien que nous avons avec eux.
 Merci encore à Anne-Marie ! "


Merci mille fois mon Fred de m'avoir permise de recopier ton article.
Ces statues sont importantes à mes yeux et 
je voulais connaitre leur histoire.
Grace à  toi, c'est chose faite ! ! 


Merci de vos passages et vos lectures,

A tout soudain,










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire